Élevage de chevaux: missions et entraînement – Ooreka

De nombreux amateurs de chevaux veulent commencer l'élevage de chevaux. C'est un beau projet, mais il ne doit pas être pris à la légère ou improvisé. Il est important de se rappeler que l'enthousiasme pour un cheval ou une race ne suffit pas. Un minimum de connaissances est requis dans le domaine des chevaux et en gestion, car pour élever des chevaux, il faut gérer un bétail entier, une véritable entreprise. Élevage de chevaux: comment et pourquoi devenir éleveur? L'éleveur peut travailler pour son propre compte ou dans un haras. Il gère et surveille son troupeau de chevaux (chevaux, mulets, ânes), surveille leur santé et leur fournit les soins quotidiens dont ils ont besoin. Il doit connaître les soins de santé de base et préventifs (blessures mineures, intramusculaires ou intraveineuses, lutte antiparasitaire). Le travail d'un éleveur demande beaucoup de temps, d'attention et d'investissement, à la fois personnellement et financièrement.

Votre cheval a besoin d'une attention quotidienne. L'éleveur de chevaux s'occupe de son bétail, mais aussi de sa ferme et de ses prairies. Généralement, il travaille dans une race pure. Cependant, selon les exigences et le marché, certains se croisent pour obtenir un poulain qui épouse les caractéristiques morphologiques de deux chevaux complémentaires. S'il est éleveur-éleveur, il doit choisir de bons éleveurs (étalons) et poulinières. Un bon éleveur choisit un étalon qui compense les erreurs de la jument. Un œil attentif est donc l'atout le plus important de l'éleveur lors du choix des juments. En effet, leur qualité est d'une importance cruciale puisque les poulinières transfèrent 70 à 75% à leur progéniture, leur adéquation ou leur performance. Une connaissance approfondie de l'hérédité est essentielle et permet de réaliser les meilleurs croisements. Bon à savoir: N'oubliez pas que le cheval parfait n'existe pas. Afin de sélectionner de bons éleveurs, il existe des critères de sélection essentiels tels que la morphologie, les performances des chevaux et les indices génétiques et sportifs. Méfiez-vous des effets de mode! Des concours de modèles et de stages permettent d'évaluer la qualité des chevaux (jeunes chevaux à partir de 3 ans, poulains ou éleveurs). Les juges évaluent d'abord la qualité de la morphologie du cheval, puis viennent les descendants qui ont une évaluation de ses caractéristiques et de ses carences. Les éleveurs de chevaux doivent tenir un registre d'élevage. L'objectif principal est la surveillance de la santé de l'animal. Il est également possible de suivre la traçabilité de chaque cheval sur le lieu d'exploitation. C'est un véritable outil de surveillance de la santé.

La transition de Jujube de Daniel à Samuel est progressive.

Ravie était impeccable avec Christian vendredi et Nicolas avec samedi. Ruby s'en sortait presque aussi bien et nous en avons trouvé un parfait pour elle samedi. Il manque une erreur pour la qualification pour la finale de Fontainebleau. Le Panama a retrouvé le chemin de la compétition. Samuel et son fidèle Merlino ont commencé dans le Club 3. Comme toujours, les deux étaient très rapides et sont restés sans faille. Ils ont pris la 4e place. La transition de Jujube de Daniel à Samuel est progressive. Dans la Jument verte, Samuel s'est aventuré pour la première fois avec Jujube. Tout a bien commencé et le nouveau couple a signé un parcours assez propre au Club 3. Bravo! Ravie et Rubis continuent de se qualifier pour la finale du jeune cheval à Fontainebleau. Les juments ont fait un stage vendredi et samedi. Les deux sont restés sans faute tout au long du week-end.

Notre jument Eos préférée est en bonne santé. Le diagnostic de grossesse de 15 puis 30 jours est positif. L'étalon que nous avons choisi pour Eos est Hurlevent de Brekka (Quidam de Revel x Quat'Sous). Espérons que nous attendons avec impatience un poulain au printemps prochain. Jean-Yves Legate et Quel Désir d'Osnard Ce printemps n'est pas comme les autres. Le temps était déjà sec en avril avec des températures élevées. La végétation a environ trois semaines d'avance sur une année normale. Il n'y a pas de changement en mai. Le temps était souvent d'été. La fenaison a commencé très tôt. Mais les retours sont appropriés. Nous nous attendons à moins cinquante, voir moins soixante-dix pour cent par rapport à une année normale. En ce moment, les prés sont verts et les chevaux aiment le beau temps. Dans ces températures douces, ils auraient pu passer une bonne nuit dans la prairie la nuit et ne retourner dans les écuries que l'après-midi pendant les heures les plus chaudes.