Elevage – Le cheval de trait boulonnais

Il existe un marché assez actif entre éleveurs de chevaux boulonnais. Cela permet de maintenir une petite entreprise qui ne peut être négligée pour le moral des éleveurs. Il existe également des opportunités de vendre des reproducteurs mâles ou femelles sur le marché français, principalement au sud de la Loire, et de les exporter vers la Belgique et l'Allemagne. Le Haras National de Compiègne était représenté à la Foire de Francfort en 1989 et y a vendu un étalon de qualité. Ce voyage a apporté à la race boulonnaise un grand succès outre-Rhin. Le berceau de la race est situé à l'ouest du département du Pas-de-Calais dans le secteur Marquise et Desvres. C'est la fosse boulonnaise, une dépression géologique du sous-sol argileux jurassien, riche en phosphate très bon marché, développement de squelettes solides. Les régions du Nord-Pas de Calais et de la Picardie abritent actuellement 95% des exploitations, dont 75% dans le Pas de Calais, 10% au nord et 10% dans la Somme. Aujourd'hui, la ferme passe du berceau au Haut-Pays Boulonnais (Haut-Pays d'Artois, Guinea Hills et Pays de Licques), qui regroupe plus de la moitié des exploitations de la race. Ces coquilles calcaires et perméables au climat plus froid donnent aux chevaux un format réduit: c'était l'aire de reproduction du "poissonnier". Au sud, dans la zone côtière, la région de la Rue perpétue la tradition d'élevage en produisant des chevaux à gros corps. Vimeu dans le sud d'Abbeville et le pays de Caux, autrefois spécialisé dans l'élevage et la formation de poulains pour l'agriculture, sont désormais cultivés dans une certaine mesure. On retrouve aujourd'hui des boulonnais en Belgique, en Allemagne et au Danemark, mais aussi dans le sud de la France, en Suisse, en Autriche, au Luxembourg et même outre-Atlantique, qui sont plus utilisés pour les loisirs ou l'usage.

La région borde la Méditerranée, est traversée par le Rhône et présente un profil mixte. Les zones humides, traversées par des canaux, des roubines, des étangs et des marécages, se composent de rizières, de roseaux, de sansouires et de prairies humides, qui sont d'excellents biotopes pour le développement de l'entomofaune. Le cheval est omniprésent dans ce domaine. Il est présent en couvée extensive tout au long de l'année et entre ainsi en contact avec les acteurs du cycle viral (oiseaux, moustiques) dans les zones sèches et humides. Dans cette région, tous les acteurs du cycle sont donc concentrés, ce qui en fait un endroit idéal pour que la fièvre du Nil occidental apparaisse / réapparaisse. Le virus du Nil occidental a été identifié pour la première fois en France lors d'une maladie animale chez les chevaux dans les années 1960 (Hannoun, 1969). Deux foyers ont été trouvés, l'un dans la zone sèche et l'autre dans la zone humide. Jusqu'en 2000, il existait un système de surveillance passive basé sur le diagnostic des cas par les vétérinaires et par le laboratoire.

Elevage De Chevaux Bourgogne

En 2000, une nouvelle épidémie animale s'est déclarée, 75 cas de chevaux ont été confirmés et 21 chevaux sont morts (Murgue, 2001). Les cas chez l'homme sont restés rares et mal documentés (Hannoun, 1964). L'épidémie animale en 2000 en Camargue a montré que la répartition des caisses de chevaux n'est pas spécifiquement liée à un environnement humide ou semi-humide (Durand, 2002). Au contraire, la plupart des cas se sont produits dans la région de la garrigue, où la densité vectorielle est supposée faible en raison des méthodes de lutte contre les moustiques utilisées chaque année dans le cadre de l'Accord interdépartemental de lutte contre les moustiques. Un examen sérologique effectué dans la population équine après l'épisode 2000 a permis d'estimer la prévalence des infections inapparentes. Tous les chevaux qui se trouvaient à moins de 10 km d'une chute ont été échantillonnés. Sur 5 107 chevaux testés, 8,5% étaient positifs pour le test IgG ELISA, ce qui indique une infection plus ou moins actuelle. Les inconvénients d'un système de surveillance passive sont que les infections subcliniques ne sont pas diagnostiquées et que le taux de notification des cas aux autorités sanitaires peut parfois être faible.

Créer Un élevage De Chevaux

Depuis 2001, le système de surveillance de la maladie du Nil occidental est conforme aux directives des autorités sanitaires nord-américaines (Fig. 1) composants passifs et actifs. La surveillance active est définie par la mise en œuvre de mesures régulières par les autorités sanitaires qui visent à collecter des informations sur la prévalence ou l'incidence d'une maladie dans une population particulière. Le système de surveillance est resté passif pour les humains et les chevaux, et les médecins, les hôpitaux et les vétérinaires ont été informés des signes cliniques de l'infection. Avec la mise en place de protocoles de détection et d'analyse RT-PCR (Reverse Transcriptase – Polymerase Chain Reaction) pour la recherche de génomes viraux dans les populations de moustiques, une surveillance active des moustiques a été mise en place. Pour les oiseaux, le système de surveillance est à la fois passif et actif: grâce au réseau "SAGIR" existant, un système de surveillance "passif" a déjà été mis en place pour déterminer les causes de décès des oiseaux sauvages. Un numéro gratuit a été fourni et est largement distribué parmi la population (humaine), favorisant ainsi la collecte d'informations.

Le système de surveillance active se compose de volailles sentinelles, qui sont réparties dans la zone de surveillance (figure 2). Des tests sanguins sont effectués une fois par mois de juillet à novembre pour vérifier les traces d'une exposition récente au virus. Contrairement à la surveillance passive, les personnes qui doivent être incluses dans un système de surveillance active sont sélectionnées en utilisant différentes méthodes. La répartition géographique des gardes est donc essentielle pour l'efficacité du système. Enfin, de 2001 à 2003, ce système n'a pu démontrer que la séroconversion a été observée chez un canard le 10 octobre appelé Tour de Vazel (Grande Camargue; Bouches du Rhône) en 2001, et la séroconversion le 10 août sur une poule élevée dans la commune de Gallargues (Gard) en 2002. Aucun cas clinique chez le cheval n'a été confirmé au cours de cette période. C'estIl est à noter que le principal inconvénient d'un tel système de surveillance est qu'il devient très coûteux lorsque la maladie est rare.